Hécatombe dans les agences immobilières à l’Ile de La Réunion

La crise frappe de plein fouet les agences immobilières de l’Ile de La Réunion. Sept enseignes viennent de fermer, d’autres sont en sursis. En cause : la baisse des transactions dans un contexte de forte concurrence.

IMMOBILIER

Solvimo, Elysé Avenue, Cimm immobilier. Trois franchises qui disparaissent du marché immobilier réunionnais. Les sept agences éponymes*, gérées par le groupe Citi, ont mis la clé sous la porte début février, laissant une quinzaine de salariés et d’apprentis sur le carreau. L’épilogue d’une activité en berne depuis plusieurs mois. Quasiment aucun bien en portefeuille, un chiffre d’affaires réduit à néant, des commerciaux mal payés qui se résignent à aller voir ailleurs. “J’ai passé quatre mois sans conclure une seule vente”, confie une ancienne employée de Solvimo.

Difficile dans ces conditions d’échapper au couperet. “Ces fermetures sont imposées par des considérations économiques. L’année a été dure, les enseignes devenaient déficitaires, il n’y a plus suffisamment d’activité”, justifie Patrick Verguin, gérant de l’agence Citi, qui représente également l’enseigne Guy Hoquet.

Implantées dans l’île depuis cinq ans, les franchises Solvimo, Elysé Avenue et Cimm immobilier étaient spécialisées dans les transactions. Un secteur d’activité dont le chiffre d’affaires a reculé de 20 à 30% l’an dernier. Moins de ventes, des délais de transactions de plus en plus longs à cause des contraintes bancaires, seules les sociétés polyvalentes qui font de la gestion locative ont su tenir le coup.

Conjoncture, concurrence et mauvais négociateurs

L’hécatombe en cours – qui intervient après les fermetures l’an passé des trois agences de la franchise Laforêt – n’est sans doute pas terminée. À la Possession, l’agence familiale Daf immobilier vit ses derniers jours d’activité. Deux salariés et deux commerciaux vont se retrouver au chômage.

“Notre fermeture est imminente, confirme Philippe Banor, le responsable de l’agence. Les affaires ne marchent plus. Il faut se rendre à l’évidence et s’en aller avant que ça empire”. Daf Immobilier était ouverte depuis quatre ans et comptait une cinquantaine de biens en mandat et soixante lots en gestion.

Également fragilisées par la conjoncture, les petites agences indépendantes et celles qui se cantonnent à la défiscalisation. Dans un marché tendu, les effets de la concurrence se font sentir. “Il n’y a pas forcément moins de ventes mais les affaires sont plus difficiles à conclure, nuance le responsable d’une agence dionysienne. Dès qu’un bien valable arrive sur le marché, on se retrouve avec cinq ou six agences sur le coup. Et au jeu de la concurrence, les grandes agences ont plus d’armes pour prendre le dessus”.

Pour autant, ce professionnel estime que la crise n’explique pas tout. “Certaines franchises se sont développées de façon incohérente pendant les belles années de la défisc’. Aujourd’hui, elles en paient le prix”. Un constat partagé par le président de la Fédération nationale des agences immobilières de la Réunion (Fnaim). “Oui, certains ont sans doute vu un peu trop grand. À quoi bon multiplier les enseignes pour proposer les mêmes biens”, note Alain Xélot.

Autre cause, selon lui, des difficultés des agences immobilières : le manque de “vrais professionnels”. “Face à des clients de plus en plus regardants, il faut être technique dans la négociation. Mais des négociateurs compétents, on n’en trouve pas beaucoup sur le marché. Les meilleurs se mettent très vite à leur compte”.

Pas assez de bons commerciaux et sans doute aussi trop de prestataires. Officiellement, on compte aujourd’hui près de 220 agences immobilières dans l’île. Il faut y ajouter la concurrence souterraine des agents indépendants, des sites d’annonces sur internet, le réseau des notaires, et celui naissant des banques. Au bout du compte, beaucoup de monde pour se partager un gâteau qui rétrécit

  • Trois agences Solvimo à Saint-Denis, Saint-Paul et Saint-Louis.
  • Deux agences Cimm Immobilier à Saint-Denis et Bras-Panon.
  • Deux agences Elysé Avenue à Saint-Denis et Saint-Gilles-les-Bains.

Vincent Boyer source clicanoo.re

Faites confiance au réseau OFIM avec ses 25 Agences réparties dans l’Océan Indien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Related Posts

Compare

Entrez votre mot clé